Pat de Wilde aux Baux-de-Provence

2 aout à 9 septembre

L’Homme est un miroir pour l’Homme ! L’individu ne peut se penser s’il n’a de modèle distinct selon lequel se définir. C’est en se reflétant dans le regard de l’autre que chacun peut prendre conscience de soi, se construire une identité.

À la fois voyant et visible, Pat de Wilde a, de la sorte, œuvré comme en réflexion avec les personnes photographiées. Si bien qu’il est difficile de dire, en cette simultanéité, qui voyait et qui était vu, qui faisait que l’autre existe.

Pariant que l’individu se révèle plus intensément dans la pénombre qu’en plein jour, Pat de Wilde a chaque fois installé le sujet dans le même espace ombreux, sous un même éclairage indirect, devant le même fond noir, matérialisation de la nuit mystérieuse dont nous surgissons et à laquelle nous retournons après avoir pris formes. Non pas une mais une infinité de formes.

Une quantité innombrable d’apparences fugitives qui varient suivant la métamorphose de l’identique.

Expressions temporaires d’une même réalité d’entre lesquelles le photographe retient une vision. Vision qui chez Pat de Wilde se veut scrupuleuse, appliquée, synthétique. Et avant tout artistique.

Les femmes et hommes mursis, padaungs, kogis, konyaks, papous, akhas, sans, himbas, etc., que Pat de Wilde a rencontrés au cours de ses cheminements solitaires sont les derniers représentants d’un mode de vie particulier. Repoussés vers des milieux hostiles, méprisés par les majorités, négligés par les gouvernants, ils sont, à court terme, voués à l’assimilation et la disparition.

Par son travail, Pat de Wilde a voulu dire leur importance, leur beauté, leur dignité. Il a voulu les célébrer et les prolonger. Car, où qu’il se trouve et en particulier quand son mode de vie se fait plus rare et fragile, chaque être est un miracle, qui exige attention, soin, admiration et respect.

Après des études à l’Ecole Supérieure d’Arts Graphiques de Paris, Pat de Wilde aurait pu devenir peintre, dessinateur ou sculpteur.

Ses prédispositions l’y destinaient. Il s’est du reste adonné longtemps à l’expression picturale et s’y implique encore. Mais curieux des autres, à la solitude de l’artiste, il a choisi celle du voyageur.

Un jour, après avoir exercé des responsabilités de directeur artistique, rédacteur en chef, chef de rubrique… il a troqué ses crayons et pinceaux pour un appareil photo et s’en est allé à la découverte du monde. Il était possible alors de circuler librement d’un pays à l’autre jusqu’à des endroits reculés aujourd’hui interdits.

Ce sont ceux-là qui intéressèrent principalement Pat de Wilde. Là où se trouvent des femmes et des hommes vivant encore en marge de la globalisation et des concentrations démographiques.

Il en a résulté de nombreuses publications, expositions et ouvrages. La présentation de son travail à l’Hôtel de la Tour de Brau aux Baux-de-Provence coïncide avec la sortie de son 50ème livre, une monographie éditée chez Art Absolument qui retrace son parcours.

Tarifs

Entrée libre

Informations pratiques

Rue du Trencat
13520 Les Baux-de-Provence

Ceci pourrait également vous intéresser...

Office de tourisme

Maison du Roy, Rue Porte Mage,
13520 Les Baux-de-Provence
Tél. +33 (0)4 90 54 34 39
tourisme@lesbauxdeprovence.com

En savoir plus

Horaires d’ouverture
Lundi au vendredi : 9h à 18h
Weekends et jours fériés : 10h à 17h30

Téléchargements