Antonius Driessens, une ascèse de la perspective

1 juillet  au 31 août, galerie La Cure

Les œuvres murales d’Antonius Driessens sont réalisées avec du bois de récupération. L'artiste crée avec cette matière première des pièces géométriques qui donnent l’illusion du volume. 

Le choix de planches déjà utilisées pour des travaux de construction s’est rapidement imposé à l’artiste car il voyait la possibilité́ de réorienter ces matériaux abandonnés vers leur fonction première : construire. Une forme de très profane rédemption...

 

Avec cette matière première aux caractéristiques physiques contrastées, Antonius Driessens réalise des pièces murales géométriques qui donnent l’illusion du volume. Les perspectives y sont arbitrairement accentuées, les points de vue et de fuite inattendus. La simplicité superficielle du processus masque une profonde réflexion sur l’illusion, sur la relativité de la perception de l’espace et du temps, sur le recyclage et le détournement, sur l’opposition entre matières vivante et inorganique…

Comme pour le bois, Antonius Driessens utilise la toile de jean après obtention d’une patine résultant de son utilisation ou de procédés industriels de délavage. Il s’agit, cependant, comme pour le bois, d’une source végétale et renouvelable. La notion de recyclage, de réutilisation, de rédemption des matériaux reste donc centrale dans l’œuvre d’Antonius Driessens. En 2017, il reçoit le Prix du public au Salon International d’Art Contemporain de Marseille et le Prix Art Absolument, au Salon des Réalités Nouvelles de Paris. L’année suivante, il obtient sur ce dernier salon, le Prix Fondation Taylor. 

 

 

Entrée libre
Ouvert du mardi au dimanche 11h à 19h.

www.antoniusdriessens.com