6 Eglise Saint-Vincent

L'ancien village des Baux comptait trois églises : Saint-André dans le Vallon de la Fontaine, première église paroissiale, et aujourd'hui disparue, Notre-Dame-du-Château ou chapelle Sainte-Catherine (XII - XVIe) chapelle castrale dans l'enceinte de la citadelle et l'Eglise Saint-Vincent.
 
Ancien prieuré dépendant de Saint-Paul de Mausole à Saint-Rémy-de-Provence, l'édifice du XIIe siècle est caractéristique des constructions baussenques par sa partie méridionale à moitié troglodytique. La grande nef voûtée en berceau brisé fut allongée vers l'Est en 1609 sans rompre l'harmonie romane de l'ensemble. On remarque à l'intérieur, des vitraux modernes de Max Ingrand (1960) offerts par Le Prince Rainier III de Monaco, la chapelle funéraire de la famille de Manville à la voûte gothique flamboyante, et, dans la chapelle creusée dans le rocher, la charrette de la cérémonie du pastrage de la Messe de Minuit servant à transporter l'agneau nouveau-né offert par les bergers.
 
A l'extérieur, la façade fut profondément modifiée par les restaurations du XIXe siècle, qui transformèrent en particulier l'escalier qui longeait précédemment le mur (traces d'arrachement). On remarque au-dessus du portail et d'une fenêtre en plein centre, une très belle sculpture représentant un lion. Sur le flanc sud, la lanterne des Morts est une élégante tourelle circulaire coiffée d'une coupole ornée de gargouilles depuis laquelle, d'après la tradition, brûlait jadis une flamme lors du décès d'un habitant des Baux.